Historique  Maïgwenn Desbois côtoie des enfants, adolescents et adultes vivant avec différents troubles d'apprentissage depuis son enfance. En 2004, elle intègre le  corps enseignant du Centre des arts de la scène Les Muses, qui offre à des adultes vivant avec différents handicaps cognitifs et intellectuels,  présentant un fort potentiel dans une ou plusieurs disciplines artistiques, la possibilité de suivre une formation professionnelle. Touchée par la  richesse et la grande authenticité de ces artistes différents, Maïgwenn chérit le souhait de pouvoir un jour créer avec certains d'entre eux et de danser  avec eux sur scène.     En 2008, la Biennale de gigue contemporaine (BIGICO), produite dans le cadre de la programmation de Tangente, l'invite à chorégraphier. Elle  saisit cette chance et présente en 2009 un premier duo, Quasispace, dansé avec Anthony Dolbec, un élève aux Muses vivant avec le syndrome  d'Asperger. C'est en 2010 qu'elle recrute Gabrielle Marion Rivard (syndrome de Williams) pour la création de Dans ta tête, et en 2013, elle présente une  troisième œuvre, Six pieds sur terre. En 2012, elle adopte le nom de Maï(g)wenn et les Orteils, gigueux atypiques et contemporains et c'est en 2014  qu'elle incorpore la compagnie à titre d'OBNL.  Mandat et vision artistique de la compagnie  Le mandat principal de Maï(g)wenn et les Orteils est de créer des œuvres de gigue contemporaine intégrant des artistes professionnels différents et  marginalisés (syndrome d'Asperger, de Williams ou X fragile). Sur le plan artistique et humain, l’intégration d’artistes différents amène une candeur,  une spontanéité et une authenticité hors du commun aux œuvres. Le contraste entre les différentes personnalités des interprètes, en lien avec leur  syndrome respectif, est également mis de l’avant dans le travail de la compagnie.    Chacune des chorégraphies est créée intuitivement, utilisant comme unique matériau les interprètes, leur vécu, leur bagage, et la relation qui naît entre  eux et la chorégraphe. La mise en scène s’articule autour des confidences des interprètes en lien avec le sujet de l’œuvre. Au niveau gestuel, l'approche  ludique et sans prétention de Maï(g)wenn et les Orteils face à l’acte créateur, ainsi que le processus de création se basant sur l’improvisation, confèrent  à chaque opus chorégraphique une esthétique brute et très organique, sans chercher la perfection du mouvement, mais bien l'authenticité et la vérité  de celui-ci. Quant à la gigue, elle apporte au mouvement une texture sonore riche et vivante.    Chaque création se veut un questionnement, une réflexion sur un thème précis, toujours mis en perspective à notre rapport à la différence et à la  normalité. En intégrant des artistes atypiques et en traitant de sujets sensibles, les œuvres dansées incitent le spectateur à réfléchir et à remettre en  question la perception qu’il a de lui-même et de l'autre. Ainsi, chaque œuvre se veut un médium pour entrer en contact direct avec le public, allant le  chercher là où il s'en attend le moins, en le prenant par surprise par une approche chorégraphique et narrative frontale et sans détour.  
Vidéos
Spectacles de gigue contemporaine
Chorégraphe et interprètes
Collaborateurs
Compagnie
Les membres du conseil d’administration
Président Nicolas Labelle – Artiste en danse Vice-présidente Anik Larose – Directrice générale de l’AQIS Trésorier Shawn Burr – Adjoint aux programmes, GymnO Laval Secrétaire Geneviève Bouchard – Chargée de projet, Centre des arts de la scène Les Muses Administratrice Francine Larivière – Directrice générale, GymnO Laval